samedi 10 janvier 2015

Littérature #25 - L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage (Haruki Murakami)


                                                                                                                                                                                
Bonjour à tous! Comment allez-vous ce weekend? J'espère que vous avez la pêche et que vous prenez soin de vous. Pour ma part, je vous reviens cette semaine avec une chronique littéraire et c'est toujours un plaisir!

Je vais vous parler de "L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage" de l'inqualifiable Haruki Murakami. J'ai découvert cet auteur il y a trois ou quatre ans et il me fascine complètement. Son univers est vraiment très spécial, à la fois onirique et philosophique et je dois bien avouer que je ne suis pas toujours certaine de comprendre où il veut en venir. Son univers est très déstabilisant. Mais j'aime ses écrits, c'est un auteur dont je veux lire systématiquement chaque ouvrage.

C'est la première fois que je consacre tout un article à Haruki Murakami, je vais donc commencer par le présenter.







L'auteur

 

Né à Kyoto le 12 janvier 1949, Haruki fût un enfant solitaire qui semblait s'ennuyer un peu de la réalité. Il a passé son enfance entouré de livres et de chats. Les uns l'aident à s'évader et les autres à avoir quelqu'un à qui parler.
Adulte, il se rêvera scénariste et tiendra, plusieurs années durant, un bar de Jazz, le Peter Cat. Murakami est un grand connaisseur en matière de musique et cela se sent dans ses livres qui sont toujours plein de références. Il deviendra pour finir assez rapidement un écrivain à succès et voyagera beaucoup avec sa femme. Ils vivront en Italie, en Grèce, aux Etats-Unis. Ces années hors du Japon ont sans aucun doute fortement marqué son écriture.


Il écrit non seulement des romans, mais aussi des nouvelles et des essais. Il a déjà reçu une douzaines de distinctions et est régulièrement pressenti pour le prix Nobel de littérature (même si, entre nous, les prix ne font pas le larron, hein). Son succès est phénoménal, il est traduit en pus de cinquante langues et vendu à des millions d'exemplaires. Fait original, il est également traducteur de l'anglais vers le japonais et il traduit par exemple les oeuvres de John Irving, autre auteur "original" cher à mon coeur de lectrice.

Ses oeuvres sont connues et reconnues pour leur mélancolie, leur poésie et leur surréalisme passant de l'onirique au fantastique, de la science-fiction au surréalisme. La question du genre, de l'identité et de l'orientation sexuelle possède également une place non négligeable dans ses livres.

Son site: http://www.harukimurakami.com/




La couverture


Elle est très simple, sans photo, sans illustration, uniquement six bandes de couleur à droite traversant toute la longueur de la couverture: rouge, jaune, bleu, blanc, gris, noir. Autant de lignes de vie courant sur la couverture...




Le quatrième de couverture

"Depuis le mois de juillet de sa deuxième année d'université jusqu'au mois de janvier de l'année suivante, Tsukuru Tazaki vécut en pensant presque exclusivement à la mort.

A Nagoya, ils étaient cinq amis inséparables. L'un, Akamatsu, était surnommé Rouge; Omi était Bleu; Shirane était Blanche et Kurono, Noire. Tsukuru Tazaki, lui, était sans couleur.
Tsukuru est parti à Tokyo pour ses études; les autres sont restés. Un jour, ils lui ont signifié qu'ils ne voulaient plus jamais le voir. Sans aucune explication. Lui-même n'en a pas cherché.

Pendant seize ans, Tsukuru a vécu comme Jonas dans le ventre de la baleine, comme un mort qui n'aurait pas encore compris qu'il était mort. Il est devenu architecte, il dessine des gares. 

Et puis Sara est entrée dans sa vie. Tsukuru l'intrigue mais elle le sent hors d'atteinte, comme séparé du monde par une frontière invisible. Vivre sans amour n'est pas vivre. Alors, Tsukuru Tazaki va entamer son pèlerinage. A Nagoya. Et en Finlande. Pour confronter le passé et tenter de comprendre ce qui a brisé le cercle."


L'histoire

 

Je pense que le quatrième de couverture est suffisamment long et explicite pour servir de résumé à l'histoire, je vous propose donc de passer directement à ce que j'ai pensé de ma lecture.


Je trouve très difficile de parler de mon ressenti provoqué par les mots de Murakami. C'est toujours assez flou et complexe. Je reste à chaque fois avec l'impression qu'une deuxième lecture minutieuse accompagnée d'une réflexion prolongée serait nécessaire.




Tentons d'être pragmatique.

L'histoire ne m'a pas semblé traîner en longueur même si le suspens n'est pas non plus affolant.

Je n'ai eu aucun mal à rentrer dans le récit et beaucoup à en sortir, comme avec tous les ouvrages de cet auteur. Ici, ce n'est pas que je me sois retrouvée émotionnellement bouleversée, simplement les rouages de mon cerveau n'en finissaient plus de tourner. Murakami ratisse large, c'est toute une vie et ses divers aspects qui peuvent être potentiellement passée à la moulinette de la réflexion, ce n'est pas rien.

Les personnages sont attachants et tous mystérieux.

Voilà pour les points positifs.

Niveau bémol, je dirais que je n'arrive pas à faire le lien entre certains passages de l'histoire et l'histoire dans son ensemble, ce qui m'agace un peu dans le cas de ce livre-ci en particulier. Je ne comprends pas non plus certaines réactions, je trouve dommage que l'auteur n'ait pas creusé plus avant les mécanismes psychologiques des uns et des autres ce qui aurait peut-être rendu l'intrigue moins bancale. J'ajouterais que la fin pourrait en agacer certains, mais il faut sans doute garder à l'esprit qu'il s'agit ici d'un pèlerinage et que le chemin parcouru est sans aucun doute plus important que la fin elle-même.

Un bilan mitigé au final par rapport à l'histoire, mais un livre bourré de réflexions qui en valent la peine.

Bonus:
Sur cette page, vous pouvez écouter "la musique du livre" =)
Enjoy!


L'incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pélerinage de Haruki Murakami, traduit par Hélène Morita (2013)


Je vous remercie de tout coeur de m'avoir lue. Passez un bon weekend et une douce semaine les curieux!


Ness Butterfly
Mes Mots En Blog est aussi sur Facebook!

2 commentaires :

  1. Je connaissais pas l'auteur avant que tu en parles la toute première fois... Depuis lors, je ne fais que voir ses livres partout! Un auteur prolifique, mais je ne l'ai jamais lu.
    Vi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai découvert avant la déferlante 1Q84 et c'est vrai que depuis on en parle beaucoup plus ;)
      Je chroniquerai encore ses livres dans les mois qui viennent, j'en ai plusieurs de lui dans ma PAL :)

      Supprimer